Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En quête d'Ethiopie.com

En quête d'Ethiopie.com

Le semeur d'Ethiopie, la dépêche du toit de l’Afrique, Trek en Ethiopie

Circuits vers le Danakil: présentations, programmes

Carte:sites et photos

Carte:sites et photos

Carte: itinéraire du circuit

Carte: itinéraire du circuit

Carte du Danakil

Carte du Danakil

Vous trouverez ci-dessous un programme de circuit commençant par la route historique et se terminant par la région du Danakil, accompagnés d'une présentation, d'un lien vers un programme sous Word ou PDF ainsi que de photos. Bonne lecture.

Circuit culturel et nature sur la route historique qui traverse les hauts plateaux éthiopiens « l’Abyssinie historique » et fin de séjour consacrée à la visite des sites volcaniques de Dallol et de l’Erta Ale.

17 jours dont 15 en Ethiopie

Type de logement: en chambre d’hôtel et en bivouac dans le Dankil

Jusqu'à 10 personnes

Meilleur période pour effectuer ce circuit :

De début octobre à fin mars

Les temps forts :

  • Châteaux et église Debré Birhane Sélassié à Gondar
  • Les très beaux paysages et la faune et flore endémiques du parc du Simien
  • Les chutes du Nil Bleu et le lac Tana
  • Lalibela et ses églises excavées classées par l’Unesco
  • Les magnifiques couleurs des volcans de Dallol et de l’Erta Ale

Ethiopie de contraste et d’extrême, de la route historique au désert du Danakil:

Votre point de départ Addis Abeba, fondée le 25 novembre 1887, est la capitale fédérale de l’Ethiopie et aussi de l’Afrique depuis l’installation du siège de l’Union Africaine en 1963.

Le circuit suivra la route historique commençant par la ville de Gondar, 3eme capitale de l’histoire du pays dans l’ordre chronologique et où l’empereur Fasilidas fit construire un palais en 1635 autour duquel la ville va se développer. Ensuite vous poursuivrez en direction du massif du Simien.

Le début de la formation de ces hauts plateaux éthiopiens qui s‘étendent de l’Erythrée jusqu'au sud du pays date d’il y a environ 70 millions d’années. Dans la partie nord se trouve le massif du Simien (qui signifie nord en amharique) qui résulte d’un épanchement de lave volcanique sur plusieurs millions d’années et qui a donné un dôme montagneux couverts de volcans boucliers éteints. Vous allez tout d’abord vous promenez dans le parc national du Simien qui est situé dans le massif du même nom à 122 km au nord de Gondar. C’est un paysage spectaculaire, où l’érosion massive survenue au cours des millions d’années a formé des pics accidentés, et des gorges profondes d’une beauté exceptionnelle dont certaines atteignent jusqu'à 1500 mètres de haut. Les montagnes sont séparées par des vallées profondes au nord, à l’est et au sud et offrent de vastes panoramas sur les vallées creusées de canyons accidentés. Le panorama spectaculaire qu’offrent les montagnes du Simien est considéré comme rival du Grand Canyon du Colorado. Jusqu’au 14e siècle la région était principalement habitée par les juifs éthiopiens qui vont perdre le droit à posséder de la terre et vont être nommés Fellasha (sans terre ou exilé) par les Amhara qui vont les remplacer pour élever du bétail et cultiver ses hautes terres.

Le parc national d’une superficie de 412 km2 (à l’origine 136 km2, re-délimité entre 2003-2007), avec des altitudes allant de 1800 m à 4543m pour le Ras Dashen/Ras Dejen (plus haut sommet d’Ethiopie), a été établi en 1966 pour la conservation de la biodiversité car il est le refuge d’espèces menacées et pour certaines endémiques comme le bouquetin d’Abyssinie (Ibex walia), le loup d’Abyssinie et le babouin Gelada. Le parc fut l’un des premiers sites qui furent inscrits sur la liste mondiale du patrimoine en septembre 1978 et il est considéré depuis 1996 comme « en péril ». Une grande partie de celui-ci a été dévastée par l’activité agricole et l’utilisation intensive des pâturages par les nombreux troupeaux. Les incendies fréquents dans les forêts de bruyère et la construction d’une piste traversant le parc ont également endommagés le parc.

Les 3 principaux habitats du parc sont les prairies afro-alpine des hauteurs du massif, les forêts de bruyère en dessous de 3500 m, et les pentes de Tussack (fétuques) et recouvertes d’arbustes.

La flore est principalement constituée de 10 espèces d’herbes poussant en haute altitude, des lobélies géantes et des kniphofia foliosa (tritome) endémiques. Les arbres et arbustes dominants sont l’Erica Arborea (bruyère) et le millepertuis.

Il y a une plus d’une vingtaine de grands mammifères dans le parc : Ibex Walia, Loup d’Abyssinie (qui est l’espèce de canidé la plus rare au monde en danger d’extinction, il n’en reste plus que 100 dans le parc sur les 400 observés dans le pays), léopard, hyène tachetée, chacal doré, antilope oréotrague, babouin Anubis et Hamadryas. Et on peut observer environ 137 espèces d’oiseaux dont le rare Gypaète Barbu et différents rapaces.

Le parc est principalement habité par l’ethnie Amhara (chrétiens et musulmans) qui vivent dans des huttes de pierre (les toukouls), de torchis et recouvertes de chaume et pour les plus riches de tôles ondulées. L’activité principale est l’agriculture et l’élevage de chèvres, moutons à queue grasse et bœufs. La principale plante cultivée en haute altitude (jusqu'à 3600 m) est l’orge, plus bas on cultive entre autre du blé, de l’avoine, des fèves.

Dans les montagnes se trouve le Ras Dashen point culminant du pays dont la première ascension documentée fut effectuée par deux officiers français Ferret et Galinier en 1841.

Apres vous prendrez la route pour rejoindre la ville de Bahar Dar située au bord du lac Tana (plus grand lac d’Ethiopie) et qui s’est développée autour d’une église dédiée à saint Georges et construite au 13e siècle lorsque le christianisme orthodoxe s’est répandu dans cette région. Vous aurez aussi en fin de séjour une excursion aux chutes du Nil Bleu, alimentées par la plus importante rivière du pays, qui est le seul exutoire du lac Tana, étant le principal affluent du Nil.

Ensuite vous vous rendrez vers Lalibela, un des deux grands lieux saints d’Ethiopie (avec Axoum) comprenant une dizaine d’églises hypogées et qui est surnommée la Jérusalem Noire puis vous continuerez votre voyage dans les hauts plateaux éthiopiens en direction du Tigray vers la ville de Mekele avant d’entamer le périple de 5 jours et 4 nuits dans la dépression du Danakil qui s‘étend de l’Ethiopie à l’Érythrée et à Djibouti. Cette dépression contient les points les plus bas du continent africain.

Les deux sites principaux que vous allez visiter an plus du lac Karoum sont :

Erta Ale :

La chaîne de l’Erta Ale est située à 790 km d’Addis Abeba, au Nord de l’Afar en Ethiopie, dans le désert réputé pour être le désert le plus chaud de la planète, et dans l’axe médian de la dépression Danakil. Ce volcan est coiffé d’une caldeira sommitale de forme elliptique, perforée par deux « pit crater ». Le pit cratère Nord est actuellement en activité strombolienne émanant de trois hornitos avec projections de lambeaux de lave et petites coulées. Le pit cratère Sud est lui occupé par un lac de lave permanent d'environ 120m de diamètre, qui existe depuis 1906 au moins. Des éruptions historiques ont eu lieu en 1873 – 1903 – 1904 – 1960. De 1972 à 1974, la lave déborde des 2 "pit crater" Nord et Sud avant de recouvrir toute la surface de la caldeira ainsi que les flancs Nord et Sud du volcan.

La surface du lac de lave est toujours animée de bouillonnements et fontaines de lave. Pendant de nombreux mois il s'est observé depuis les lèvres du cratère, son niveau variant entre 10 et 30m sous nos pieds. Des débordements du lac ont eu lieu en 2016 et début 2017 jusqu'à une très importante éruption fissurale qui, fin janvier 2017, a vidangé le lac de lave ainsi que le réservoir de magma qui se trouvait sous le pit-crater nord. Depuis cette date, une fissure éruptive est active à environ 6 km au sud du sommet laissant s'échapper de vigoureuses coulées de lave. Un petit lac de lave aurait même été observé. Quant au pit-crater sud qui contenait le lac de lave principal, il est désormais rempli de gaz, un nouveau lac de lave étant en formation dans son fond à environ 80m de profondeur.

Dallol

Cet étrange volcan dont le sommet à une altitude négative est situé non loin de la frontière entre l’Ethiopie et l’Érythrée, au Nord de la dépression Danakil à -130m sous le niveau de la mer.

La dernière activité du volcan Dallol est une éruption phréatique qui date de 1926. Aujourd’hui, cette importante zone volcanique se caractérise par des émissions de fumerolles. Les gaz traversent une importante couche de sel et de potasse avant de sortir à l’air libre. Les fluides hydrothermaux enrichis de sel se recristallisent à leur sortie sous forme de magnifiques concrétions de travertins colorés orange et jaune. On peut aussi observer des coulées de saumure à haute température (+100°C), dont la composition est principalement du chlorure de magnésium auxquels s’ajoutent du calcium et du fer. Plusieurs intrusions annulaires dégorgent des coulées blanches de bischofite fondue. Une multitude de monticules et de cônes crachotent, dans des gargouillements de marmites. Des geysers de vapeurs sulfureuses jaillissent à différents endroits. Ces formations de sel, qui disparaissent chaque année à la saison des pluies, se mettent en place comme des coulées de cire. Un paysage minéral toujours changeant et de toute beauté !

Dans cette plaine d’effondrement, de forts taux de sédimentation se sont produits remplissant la dépression de roches sédimentaires détritiques et d’évaporites.

Des dépôts marins coralliens apparaissent aussi sur les bords de cette zone effondrée. Ils correspondent aux différentes pénétrations de la Mer Rouge. En effet, l’arrivée de la Mer Rouge par le Nord s’est produite au moins trois fois dans le « Golfe de Danakil », il y a 200 000 ans, 120 000 ans et 80 000 ans, laissant des dépôts de sel de plusieurs kilomètres d’épaisseur.

La sédimentation fut favorisée par l’aridité du climat et l’isolement soudain de la masse d’eau de mer en raison d’un évènement tectonique, et/ou d’un barrage constitué par l’empilement d’immenses coulées provenant du volcan Alid.

A la fin de ce séjour vers la région la plus extrême du pays, vous reviendrez sur Mekele avant de revenir sur Addis la tête pleine de souvenirs inoubliables.

Lien vers le programme

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :