Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En quête d'Ethiopie.com

En quête d'Ethiopie.com

Le semeur d'Ethiopie, la dépêche du toit de l’Afrique, Trek en Ethiopie

Trek: présentations, programmes

Vous trouverez ci-dessous différents programmes de trek dans les principaux massifs montagneux du pays accompagnés de cartes, d'une présentation, d'un lien vers un programme sous Word ou PDF ainsi que de photos. Bonne lecture.

Carte: itinéraire de la première partie du trek dans le parc national du Simien (programme # 1)

Carte: itinéraire de la première partie du trek dans le parc national du Simien (programme # 1)

PROGRAMME # 1

 

Ethiopie, en terre inconnue : la traversée des hauts plateaux

 

 

 

18 jours dont 16 en Ethiopie

Type de logement: en hôtel au début et à la fin du voyage sinon en bivouac sous tente durant le trek

Pour petits groupes uniquement

Meilleur période pour effectuer ce circuit :

De début octobre à fin mars

Les temps forts :

  • Les très beaux paysages et la faune et flore endémiques du parc du Simien
  • Lalibela et ses églises excavées classées par l’Unesco

La traversée à pied de Sankaber dans le massif du Simien vers la ville de Lalibela

Vous effectuerez un trek en autonomie complète au travers des hauts plateaux éthiopiens offrant des paysages magnifiques.

Le début de la formation de ces hauts plateaux éthiopiens qui s‘étendent de l’Erythrée jusqu'au sud du pays date d’il y a environ 70 millions d’années. Dans la partie nord se trouve le massif du Simien (qui signifie nord en amharique) qui résulte d’un épanchement de lave volcanique sur plusieurs millions d’années et qui a donné un dôme montagneux couverts de volcans boucliers éteints. Ce sera la première étape de votre voyage.

Vous allez tout d’abord traverser le parc national du Simien qui est situé dans le massif du même nom à 122 km au nord de Gondar. C’est un paysage spectaculaire, où l’érosion massive survenue au cours des millions d’années a formé des pics accidentés, et des gorges profondes d’une beauté exceptionnelle dont certaines atteignent jusqu'à 1500 m de haut. Les montagnes sont séparées par des vallées profondes au nord, à l’est et au sud et offrent de vastes panoramas sur les vallées creusées de canyons accidentés. Le panorama spectaculaire qu’offrent les montagnes du Simien est considéré comme rival du Grand Canyon du Colorado. Jusqu’au 14e siècle la région était principalement habité par les juifs éthiopiens qui vont perdre le droit à posséder de la terre et vont être nommé Fellasha (sans terre ou exilé) par les Amhara qui vont les remplacer pour élever du bétail et cultiver ses hautes terres.

Le parc national d’une superficie de 412 km2 (à l’origine 136 km2, re-délimité entre 2003-2007), avec des altitudes allant de 1800 m à 4543m pour le Ras Dashen/Ras Dejen (plus haut sommet d’Ethiopie), a été établi en 1966 pour la conservation de la biodiversité car il est le refuge d’espèces menacées et pour certaines endémiques comme le bouquetin d’Abyssinie (Ibex walia), le loup d’Abyssinie et le babouin Gelada. Le parc fut l’un des premiers sites qui fut inscrit sur la liste mondiale du patrimoine en septembre 1978 et il est considéré depuis 1996 comme « en péril ». Une grande partie de celui-ci a été dévasté par l’activité agricole et l’utilisation intensive des pâturages par les nombreux troupeaux. Les incendies fréquents dans les forêts de bruyère et la construction d’une piste traversant le parc ont également endommagés le parc.

Les 3 principaux habitats du parc sont les prairies afro-alpine des hauteurs du massif, les forêts de bruyère en dessous de 3500 m, et les pentes de Tussack (fétuques) et recouvertes d’arbustes.

La flore est principalement constituée de 10 espèces d’herbes poussant en haute altitude, des lobélies géantes et des kniphofia foliosa (tritome) endémiques. Les arbres et arbustes dominants sont l’Erica Arborea (bruyère) et le millepertuis.

Il y a une plus d’une vingtaine de grands mammifères dans le parc : Ibex Walia, Loup d’Abyssinie (qui est l’espèce de canidé la plus rare au monde en danger d’extinction, il n’en reste plus que 100 dans le parc sur les 400 observés dans le pays), léopard, hyène tachetée, chacal doré, antilope oréotrague, babouin Anubis et Hamadryas. Et on peut observer environ 137 espèces d’oiseaux dont le rare Gypaète Barbu et différents rapaces.

Le parc est principalement habité par l’ethnie Amhara (chrétiens et musulmans) qui vivent dans des huttes de pierre (les toukouls), de torchis et recouvertes de chaume et pour les plus riches de tôles ondulées. L’activité principale est l’agriculture et l’élevage de chèvres, moutons à queue grasse et bœufs. La principale plante cultivée en haute altitude (jusqu'à 3600 m) est l’orge, plus bas on cultive entre autre du blé, de l’avoine, des fèves.

Apres l’ascension du Ras Dashen ou Ras Dejen (la première ascension documentée fut effectuée par deux officiers français Ferret et Galinier en 1841) vous quitterez les sentiers battus du parc et vous descendrez par les chemins méconnus de la vallée du fleuve Tekezē (dont le nom signifie terrible), ayant sa source à l’est de Lalibela et qui sur 680 km a creusé certaines des gorges les plus profondes d’Afrique (2000 m. de profondeur à certains endroits). Il se jette dans le fleuve Atbara dernier affluent du Nil avant le Delta. C’est une région de basses terres (en dessous de 2000 mètres), chaude et isolée. Vous passerez de plateaux en vallées dans des paysages spectaculaires. Vous traverserez les villages du peuple Agaw qui a cultivé ce territoire depuis des millénaires. Les Agaw de langue couchitique furent les premiers habitants du nord de l’Éthiopie et ceux de la région traversée continue à parler leur langue native, n’ayant pas été totalement assimilés par les Amharas.

Le voyage se terminera lorsque vous apercevrez les montagnes du Lasta et son point culminant à 4284 mètres (le mont Abouna Yosef nom d’un saint éthiopien venue dans ces montagnes au 14e siècle et qui depuis peu de temps est une zone protégée). Ce massif domine la ville de Lalibela, un des deux grands lieux saints d’Ethiopie comprenant une dizaine d’églises hypogées et qui est surnommée la Jérusalem Noire. En fin d’itinéraire ce sera la cerise sur le gâteau.

Lien vers le programme

Le mont Abouna Yosef

PROGRAMME # 2

Trek dans la région du Tigray et dans le massif montagneux de l’Abouna Yosef près de Lalibela

17 jours dont 15 en Ethiopie

Meilleur période pour effectuer ce circuit :

De début octobre à fin mars

Les temps forts :

  • Les très beaux paysages, les rencontres, et la magnifique et inaccessible église d’Abouna Yemata dans le Tigray
  • Lalibela et ses églises excavées classées par l’Unesco
  • Les très beaux paysages, les rencontres, et les églises construites dans la roche lors de l’ascension vers le mont Abouna Yosef

Type de logement possible : en huttes communautaires, chez l’habitant ou en bivouac sous tente

Pour petits groupes uniquement

Le circuit se déroule dans deux massifs différents :

La première partie du circuit se passe dans le massif de l’Agamé (« fructueux » en langue Tigrinya) situé dans le nord-est du Tigray qui selon la tradition est la région de naissance de la Reine de Saba. Le parcours sera une succession de plateaux et vallées dans une région riche pour son passé religieux. Vous marcherez dans une très belle région forgée par le temps, cultivée depuis des millénaires par les tigréens vivant dans un habitat traditionnel de pierre. L’altitude maximale est d’environ 3300 mètres.

La seconde partie se déroulera dans le Lasta ou se trouve le 3e plus haut massif d’Ethiopie.

Cette région est surtout connue pour la ville de Lalibela ou le roi du même nom a fait construire 11 églises au 12/13e siècle. Mais cette zone montagneuse profondément religieuse abrite d’autres églises moins connues mais à l’architecture et l’histoire toutes aussi intéressantes. Vous randonnerez par étapes sur un itinéraire jugé difficile vers le plateau de l’Abouna Yosef (nom d‘un saint éthiopien venue dans ces montagnes au 14e siècle et qui depuis peu de temps est une zone protégée) et ses 3 piques (le petit et le grand Zigit et le Rim Gedel qui culmine à 4284 mètres). Le plateau est riche également d’une faune et flore endémique dont le loup du Semien (très difficile à observer), et la Lobélie Géante, plante à longue tige, fleurissant au bout de 7 ans et mourant ensuite. Vous pourrez partager la vie des habitants qui vivent et cultivent de l’orge jusqu’à 3600 mètres d’altitude et mènent leurs vaches et moutons vers les sommets qui les rapprochent de Dieu et offrent des paysages et une vue magnifique.

Lien vers le programme

PROGRAMME # 3

 

Trek dans le parc national du Simien, en cours

 

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :