Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En quête d'Ethiopie.com

Blog pour faire découvrir l'Ethiopie, pays magnifique de l'Afrique, mais souvent méconnu par les voyageurs

La Vallée du Grand Rift

La Vallée du Grand Rift :

1 - Il y a deux types de rift, le rift continental et le rift océanique :

Un rift continental est une partie d'un continent où la croûte terrestre d'une plaque tectonique s'amincit en formant en surface un fossé d’effondrement (un graben) sous l'action de forces d'étirement.Il est bordé par des failles dites normales et des blocs appelés horst. Il est souvent associé à la formation de volcans comme c’est le cas dans la Grande Vallée du Rift africain. Ce genre de rift se produit lors de l’écartement de deux plaques. Dans temps l’éloignement des deux plaques se traduit par une ouverture océanique (pour exemple la Mer Rouge).

Faille normale, def: en géologie, faille qui correspond à un mouvement d'extension vers le bas tel que le compartiment supérieur descend par rapport au compartiment inférieur. Une faille normale correspond à un plan incliné (en général un angle d'environ 60°) écartant deux sections rocheuses (un Horst d'un graben).

Horst, def: en géologie, un horst (monticule en allemand) désigne un territoire surélevé par des failles normales conjuguées. Deux horsts entourent un graben, son contraire géologique, et qui est un fossé effondré. En Ethiopie, ceux sont notamment les hauts plateaux. 

Photo pour mieux comprendre le fossé et les failles

Photo pour mieux comprendre le fossé et les failles

Rift continental et océanique
Rift continental et océanique

Rift continental et océanique

Un rift océanique, c’est la même chose mais qui se produit sous l’eau au niveau d’une dorsale océanique, qui est une chaîne de montagnes sous-marines.

Parmi les rifts les plus connus, celui du Rio Grande en Amérique du Nord et le lac Baïkal, et surtout la Grande Vallée du Rift.

La formation des rifts est due au déplacement des plaques tectoniques. Le premier à en parler fut Alfred Wegener qui en 1915 élabora l’idée de la dérive des continents (désintégration du supercontinent appelé Pangée en petits continents) qui va devenir la théorie de la tectonique des plaques.

Sur la surface de la terre il y a 12 ou 15 plaques divisées en trois types :

  • Plaques convergentes : deux plaques qui entrent en collision, la plaque la plus dense s’enfonce sous l’autre, cas de la plaque arabique avec la plaque eurasienne.
  • Plaques transformantes : deux plaques qui glissent latéralement l’une contre l’autre le long des failles.
  • Plaques divergentes : deux plaques qui s’éloignent l’une de l’autre, cas de la plaque africaine et de la plaque arabique.

2 - La Vallée du Grand Rift est le nom donné en 1896 dans un récit par l’explorateur écossais John Walter Gregory, lorsqu’il explora cette formation géologique lors de son voyage au Kenya en 1892-93.

Ce rift immense s’étend sur 6000 km de la plaine de la Bekaa (Liban) au nord, passant par la Mer Rouge jusqu’au Mozambique dans sa partie la plus méridionale.

Pour être plus précis, c’est une succession de Rift :

  • Le rift de la Mer Morte
  • Le rift de la Vallée du Jourdain
  • Le rift de la Mer Rouge
  • Le rift d’Afrique de l’Est

Il a commencé à se former il y a environ 35 millions dans sa partie la plus au nord, lorsque la plaque arabique a commencé à s’écarter de la plaque africaine, convergeant vers la plaque eurasienne, s’enfonçant sous celle-ci au niveau des monts Zagros en Iran.

On a la fois deux plaques qui divergent, la plaque africaine s’éloignant de la plaque arabique et deux plaques qui convergent, la plaque arabique vers la plaque eurasienne, s’enfonçant sous celle-ci, provoquant l’écartement avec la plaque africaine.

Le point le plus bas du rift et du monde est la Mer Morte : - 429 m en dessous du niveau de la mer.

Le rift de la Mer Rouge fut un rift continental qui entama son ouverture océanique il y a 13 millions d’années.  La Mer Rouge s'élargit de 2,6 cm par an.

Quand au grand Rift Est-africain, sa formation remonte à environ 22-25 millions d’années. C’est un rift continental de 3000 km de long et d’une largeur maximale de 60 km (au nord du Rift éthiopien). Il est la conséquence de l’écartement de la plaque africaine avec la plaque arabique et avec la plaque somalienne. Dans plus de 10 millions d’année, la corne de l’Afrique faisant partie de la plaque somalienne se séparera du continent africain pour former une ile. 

Le rift Est-africain a deux branches :

Le rift oriental surnommé le rift Grégorien du nom de l’explorateur J.W.Gregory, allant de l’Ethiopie, passant au Kenya, et descendant jusqu’en Tanzanie.

Le rift occidental surnommé le rift Albertin, car passant par le lac Albert, s’étendant de l’Ouganda à la Mozambique.

A Djibouti se trouve la triple jonction :

Où se rencontre le rift de la Mer Rouge, la ride d’Aden (dorsale ou chaîne de montagnes sous-marines qui a ouvert le Golf d’Aden) et le rift est-africain, mais aussi la frontière où diverge la plaque africaine, la plaque arabique et la plaque somalienne.

On y trouve le rift d’Assal, qui est la partie émergée de la ride d’Aden, qui englobe le lac Assal et le Ghoubet (anse djiboutienne où pénètre l’eau du Golf de Tadjourah) et qui est l’ouverture la plus récente de la croûte terrestre datant d’environ 0.5 à 0.7 millions d’années, provoquée par la séparation de la plaque africaine et de la plaque arabique. C’est un des rares sites émergés où on peut étudier l’ouverture d’un océan. Entre le Ghoubet et le lac Assal (- 155 m, point le plus bas du continent africain) se situe l'Ardoukôba (signifiant couler rapidement en langue Afar), le volcan le plus jeune de la région apparu entre le 7 et 14 novembre 1978 suite à une seule éruption qui lui a donné il

La Vallée du Grand Rift, le Rift Est-Africain et les deux branches
La Vallée du Grand Rift, le Rift Est-Africain et les deux branches

La Vallée du Grand Rift, le Rift Est-Africain et les deux branches

Le rift en Ethiopie :

La vallée du Rift éthiopien est divisé en trois segments du nord vers le sud, et s'étend sur 1000 km :

  • L’Afar formant un cône. La partie la plus large mais aussi les points les plus bas avec la dépression du Danakil (- 121 m). L'écartement est de 1 cm par an
  • Le Rift central éthiopien s'étendant de la région de l’Awash au lac Chamo dans le sud de l’Ethiopie. C’est là le rift atteint sa plus haute altitude, jusqu’à 1900 m. L'écartement est de 7 mm par an.
  • Tout au sud, la région des lacs Chew Bahir et Turkana où de là, la branche orientale du rift Est-africain se prolonge vers le sud. L'écartement se réduit à 5 mm par an en descendant plus au sud.

La présomption, largement supporté, que celui-ci s'était d'abord propagé du nord vers le sud est maintenant remise en cause. Une nouvelle hypothèse suggère une extension qui s'est d'abord faite en direction du sud il y a environ 20-21 millions d'années, puis au nord autour de 11 millions d'années, et finalement au centre à une période de 5-6 millions d'années.

Le nord du Rift éthiopien est semé de nombreux volcans actifs classés en deux types : les volcans boucliers (large base et faible altitude) tels que l'Erta Alé ou le Dabbahu, les plus étudiés sur 200 km de constructions volcaniques. Et des stratovolcans (de forme conique et au profil escarpé) comme le Fentalé près de la ville d'Awash.

Les volcans boucliers sont des volcans qui émettent principalement des laves fluides (normalement de nature basaltique) qui sont capable de voyager sur de longues distances et de construire d'immenses champs de lave très étendu. Ils sont nommés bouclier en raison de leur ressemblance à la forme des boucliers des guerriers.

Le stratovolcan est un édifice volcanique important qui s'est constitué par l'accumulation, au fil des éruptions (en plusieurs centaines de milliers d'années au moins), de coulées de lave et de niveaux de cendres. C'est un volcan au volcanisme explosif, qui se caractérise par des versants très pentus, et la présence d'un dôme à son sommet, composé de lave très visqueuse et empli de gaz.

Volcan bouclier (schéma du dessus), stratovolcan (schéma en dessous).
Volcan bouclier (schéma du dessus), stratovolcan (schéma en dessous).

Volcan bouclier (schéma du dessus), stratovolcan (schéma en dessous).

Le Rift d'Éthiopie, où furent découverts de nombreux fossiles d'hominidés depuis les années 70:

- Lucy, un Australopithecus Afarensis (primate du sud originaire de la région de l'Afar), découverte le 24 novembre 1974 à Hadar près de la rivière Awash et dont le fossile est vieux de 3.17 millions d’années.

- L'Ardipithecus Ramidus (Ardi: le sol en langue Afar, pour signifier que c’était un primate arboricole qui pouvait se déplacer sur la terre et debout; Ramidus, racine en langue Afar, car cette espèce était proche de la racine de l’humanité), est une espèce découverte entre 1992 et 1994 toujours dans la région de l'Awash et dont les différents fossiles datent de 4.4 millions d’années.

La basse vallée de l'Awash où se situe les sites de ces découvertes se trouve dans le Rift africain et a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial le 5 septembre 1980.

La Vallée du Rift Est-africain est souvent considérée comme le berceau de l'humanité.

On ne peut pas fermer cette page sans parler d'Yves Coppens :

Yves Coppens est l’un des paléontologues français les plus connus.

En France, on lui attribue souvent et à tort la découverte de la fameuse Lucy, en 1974 en Ethiopie. Dans les faits, c’est une équipe américaine menée par Donald Johanson qui fut à l’ origine de cette découverte. Yves Coppens n’était pas présent lorsque le fossile fut trouvé et selon un accord passé entre les équipes française et américaine, celle qui serait à l’origine de la découverte se l’attribuerait. Il y avait en effet, depuis 1967, une forte compétition entre les deux nations dans la recherche des ancêtres de l’être humain sur le territoire éthiopien et dans le monde.

De plus, c’est Donald Johanson et son collègue Tim White qui vont lui donné le nom de famille d’Austalopithecus Afarensis en 1978.

Un autre français, le géologue Maurice Taieb, fut essentiel dans le choix d'Hadar à l'ouest de la rivière l'Awash pour effectuer les fouilles. Depuis 1967, celui-ci venait régulièrement explorer la région et y avait découvert un grand nombre de fossiles, et c'est ainsi qu'il suggéra à Donald Johanson et aux autres paléontologues de choisir cette région pour leurs recherches.

En 1981, Yves Coppens a émis une théorie, en anglais the East Side Theory (Théorie du coté est)), qui fut tout d’abord suggérée par l’éthologue (scientifique qui étudie le comportement des animaux) néerlandais Adriaan Kortlandt. C'est une théorie environnementale visant à expliquer l'acquisition de la bipédie, qui sépare le genre Homo et les australopithèques du genre des panines, c'est-à-dire les chimpanzés et les gorilles qui sont quadrupèdes.

Selon celle-ci, lorsque la Vallée du Rift se forma il y a environ 8 millions d'années, le continent africain avait deux régions au climat et à l'environnement très différents, que séparaient des reliefs montagneux où auraient vécus deux populations isolées de primates qui auraient divergé en deux branches évolutives.

L'ouest serait resté une région humide et couverte de forêt tropicale où la branche des primates regroupant les grands singes ancêtres des gorilles, des chimpanzés et des bonobos se serait développée. L'environnement forestier les auraient amenés à continuer à se déplacer exclusivement à quatre pattes et de rester vivre dans les arbres.

Quand à l'Est (actuellement la Tanzanie, le Kenya, et l’Éthiopie), où les précipitations étaient bloquées par le relief montagneux, le climat était beaucoup plus sec avec une végétation peu dense de savanes. Pour pouvoir évoluer dans cet environnement, une ou plusieurs lignées différentes de la famille des Hominidés se seraient développées. Les australopithèques, leurs cousins paranthropus ainsi que l'ancêtre de l'homme moderne qui y vivaient, auraient dû s'adapter, et seraient devenus bipèdes pour se déplacer au sol. Leur vue se serait accrue pour trouver de quoi se nourrir en cueillant ou chassant. Le développement des membres supérieurs les aidera plus tard à fabriquer des outils.

En 2003, il reconsidéra sa théorie suite aux deux découvertes faites au Tchad par l’équipe franco-tchadienne de Michel Brunet, soit à 2500 km plus à l'ouest de la Vallée du Rift :

  • l’Australopithecus bahrelghazali, appelé Abel, découvert en 1995, et qui aurait vécu il y a environ 3 à 3.5 millions d’années.
  • Le Sahelanthropus Tchadensis, appelé Toumai, appartenant à une famille de 9 individus qui ont été découverts entre juillet 2001 et mars 2002 et qui aurait vécu il y a 7 millions d’années. 

Tous les deux étaient bipèdes.

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :